• e-mail

39 BIS BOULEVARD BARBES 75018 PARIS, FRANCE

TRANSITION DE GENRE

TRANSITION MASCULINE

Il nous semble important de préciser en amont que la transition physique et hormonale n'est en aucun cas une obligation. 

Hormones

Il est possible de suivre un traitement hormonal de substitution à partir de 16 ans. Avant cela, les adolescents souhaitant suivre un traitement hormonal dans le cadre de leur transition peuvent (sous certaines conditions) prendre des inhibiteurs de puberté afin de freiner le développement des caractéristiques sexuelles secondaires à partir de la puberté.

  • Progestatifs

Les progestatifs sont des hormones permettant d'arrêter la menstruation. Ils sont administré sous forme d'une injection à effet prolongé tous les trois mois ou sous la forme d'une mini-pilule sur une base continu. Ce traitement à termes met fin au cycle. Cependant, la testostérone ayant également pour effet l'arrêt des menstruation, les progestatifs ne sont aujourd'hui souvent que prescrit si les saignements persistent durant le traitement à base de testostérone. 

  • Testostérone

Le traitement à base de testostérone vise à établir un niveau de testostérone dans le sang équivalent à celui d'un homme cisgenre. Pour cela, il existe des préparation de testostérone (ex. androtardyl) administrables par injection intramusculaire toutes les deux à trois semaines. Il existe actuellement une forme injectable à effet prolongé d’undécanoate de testostérone; ce traitement ne nécessite que quatre injections par an. La testostérone existe aussi sous forme de pilules, mais ses effets sont alors relativement faibles et ce mode d’administration demande une prise fréquente, quotidienne. Il est souvent difficile de rester suffisamment motivé pour suivre ce traitement à vie. La testostérone sous forme de gel doit être appliquée chaque jour, sur la partie supérieure des bras.

Les effets notoires du traitement à base de testostérone :

  • changements physiques :

- baisse de la voix

- développement du clitoris (pousse du dicklit) 

- augmentation de la pilosité faciale et corporelle

- changement dans la répartition des graisses (déplacement des graisses des hanches et cuisses vers la ceinture abdominale) et éventuelle prise de poids. 

- effort sportif facilité et développement des muscles plus rapide.

- renforcement de l'ossature : mâchoire parfois plus carrée, poignets plus épais, pieds grandissent jusqu'à deux pointures. 

- si la croissance n'est pas terminé, effet sur les cartilages et pic de croissance. 

- acnée et peau plus grasse.

  • changements physiologiques :

- pics de chaleur.

- augmentation de la transpiration.

- arrêt des cycles menstruels (durant la prise, pas définitif).

- modification de l'odeur corporelle

- augmentation du désir sexuel

- altération du sommeil (ronflements)

- facilité à récupérer ​

  • Qui ne peut pas recevoir d’hormones masculines?

Il existe peu de raisons pour lesquelles on ne peut pas administrer de testostérone à un patient. Il est possible de suivre un traitement à base de testostérone à partir de 16 ans, et ce traitement est possible même si la ménopause a déjà commencé.

On procédera avec une extrême prudence en cas de troubles préexistants de la fonction hépatique parce que les tests hépatiques peuvent présenter des valeurs plus élevées sous l’influence de la testostérone. Il est recommandé de traiter l’obésité morbide et une hypercholestérolémie importante avant de commencer le traitement à la testostérone.

Il est important de suivre le taux de globules rouges dans le sang parce qu’une trop forte dose de testostérone peut provoquer une production trop abondante de globules rouges, ce qui augmente le risque de thrombose.​

Mammectomie

La mammectomie sous cutanée consiste à enlever les tissus des glandes mammaires et/ou l’excédent de peau à hauteur des seins. Cette intervention peut avoir lieu assez rapidement si vous disposez d’un courrier rédigé par votre praticien (psychologue, psychiatre, sexologue, etc.), et même avant le début de la thérapie hormonale si vous le souhaitez. L’âge minimum requis est 17 ans.

En fonction de la taille des seins, de l’excédent de peau, de l’élasticité de la peau, des mamelons et des aréoles, différentes techniques sont utilisées pour pratiquer cette opération. On note deux techniques répandues : 

- si la poitrine est petite, le chirurgien peut procéder à une mammectomie péri-aréolaire qui consiste en une petite incision sur le bord de l'aréoles et qui laissera peu de cicatrices. 

- dans le cas inverse, le chirurgien peut procéder à une double incision qui laissera des cicatrices dessinant la forme du pectoral.

Hystérectomie

Une hystérectomie consiste à enlever l’utérus, le col de l’utérus, les ovaires et les trompes de Fallope.

Pour pouvoir avoir recours une hystérectomie et une ovariectomie, vous devez être majeur et en possession d’un courrier rédigé par votre praticien (psychologue, psychiatre, sexologue, etc.). Vous devez également prendre des hormones de substitution pendant au moins un an (testostérone).

Métaoidioplastie

La métaoidioplastie permet de mettre en avant le dicklit apparu suite à la prise d’hormones comme un petit pénis. Lors de cette intervention, le clitoris est placé plus haut et l’urètre est prolongé jusqu’à l’extrémité du clitoris, ce qui crée un micropénis. La fonctionnalité finale est déterminée par la longueur du clitoris qui peut très fort varier d’une personne à l’autre. Chez certains patients, le clitoris grandit considérablement, au point qu’il leur soit possible d’uriner debout après la reconstruction. Ce n’est cependant pas le cas de plus de la moitié des patients. En raison de la taille limitée de ce pénis, la pénétration lors d’un contact sexuel n’est généralement pas possible, mais cette intervention a pour avantage majeur que la personne conserve totalement sa capacité orgasmique d’origine. Vous trouverez davantage d’informations sur la sexualité et le sexe sans risque après une métaoidioplastie dans la rubrique « sexualité ».

Suite à cette première intervention, un implant testiculaire peut également être effectué. Le scrotum formé lors de la première intervention à partir des grandes lèvres est alors rempli avec des prothèses testiculaires. Les prothèses testiculaires contiennent du gel de silicone et existent en différentes tailles. On place généralement des prothèses de grande taille.

Phalloplastie

La phalloplastie consiste en la reconstruction d'un pénis à partir du tissu de l'avant-bras. Celui-ci est déplacé du bras vers la région génitale en tant que greffon libre vascularisé (lambeau de peau libre). Le pénis est alors reconstruit comme un “canal à l’intérieur d’un canal”: le canal intérieur permet d’évacuer l’urine, le canal extérieur permet de recouvrir le pénis et de lui donner du volume. L’urologue reconstruit également le gland et le bord du gland.

Après une phalloplastie, presque tous les hommes trans peuvent uriner debout et avoir un orgasme. Pour pouvoir pratiquer une pénétration, il est toutefois nécessaire de disposer d’une prothèse érectile, que l’on peut implanter à partir de 12 mois après la phalloplastie. 

En France, la phalloplastie n'est pratiquée que dans certaines équipes pluridisciplinaires en CHU, avec des résultats très mitigés, tant esthétiques que fonctionnels (pas de reconstruction de l'urètre, peu de pose de prothèses, de nombreuses nécroses, pas ou peu de sensibilité etc) mais entièrement gratuites. Cependant, quelques chirurgiens semblent s'intéresser à nouveau à cette opération et nous laissent espérer une évolution qui permettrait de rattraper notre retard en la matière. Une autre option est de vous orienter vers l'étranger et, entre autre, la Belgique qui a de bon résultats.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now